Ouvertures

« OFF /// LIMITES »

Expo photo de Francis Cornerotte, Willy Del Zoppo et André Leclercq
mercredi 30 avril 2008 par La rédaction

Du vendredi 23 mai 2008 au jeudi 5 juin 2008 compris, la galerie « Le Zénith » accueille l’exposition collective de notre association de photographes « Priorité à l’ouverture ». Cette exposition photographique intitulée « Off /// LIMITES » est présentée par les trois photographes suivants : Francis CORNEROTTE, André LECLERCQ et Willy Del ZOPPO.

Elle débutera par un vernissage le vendredi 23 mai 2008 dès 19 heures et sera visible du vendredi 23 mai au jeudi 8 juin 2008 compris à la Galerie LE ZENITH n° 15 rue Jean d’Outremeuse à 4000 Liège - BELGIQUE

  • les mardis et jeudis de 16 à 20 h
  • les mercredis de 14 à 18 h
  • les vendredis en nocturne dès 18 h.

“OFF/LIMITES ?

La limite circonscrit et rassure. Nos vies sont faites de frontières, de repères, de diktats, de prêt à penser, de tabous qui rassurent et permettent un fonctionnement apparemment sans heurts. Mais il est parfois nécessaire d’explorer des territoires inconnus et/ou méconnus. La photographie peut servir de moyen de transport et de viatique dans ce genre d’expédition.

L’entreprise est risquée : il s’agit, littéralement, de se mettre en danger, hors circuit, en allant au-delà des apparences. Nous sommes trois potes à avoir choisi de prendre le maquis :

  • Francis Cornerotte, avec son 6x6, investigue depuis plusieurs années en noir et blanc l’érotisme du corps alourdi par l’âge. Il met ces courbes, beaucoup plus sensuelles que la plupart ne l’imaginent, en corrélation avec des paysages sobres qui leurs servent de réponses et de métaphores. Ainsi s’instaure un processus syncrétique où le grand âge, dans sa nue beauté, devient un enlacement de dunes aux tons délicats, tandis que le ciel mime les ondoiements d’une hanche. Fidèle à sa démarche au long cours, F. Cornerotte nous invite dans un univers de sincérité où le mensonge n’a pas sa place. Photographe rude et tendre à la fois, il nous invite à revoir nos à priori et à considérer avec une certaine magnanimité et une tendresse inhabituelle ce grand âge qui nous attend tous, avant le saut final.
  • André Leclercq transporte, lui aussi, depuis de nombreuses années, son 6x6 dans les parcours les plus improbables. Il a plongé tout droit dans la folie, qu’il a portraiturée. Il a parcouru des quartiers liégeois dont il a su montrer toute la vitalité et l’originalité. Attachant et intimiste, André Leclercq ne fait pas de l’esbroufe : chacune de ses photographies est essentielle. Il fallait bien ce viatique pour aborder, à sa manière, les rivages de la mort. Il a étudié de manière très clinique, avec comme bistouri son moyen-format, un oiseau mort. Il nous le présente sans concessions en très grand format. Il intervient ensuite sur la photographie avec de la peinture qui vient comme un renforçateur des éléments sémiques et formels. Ainsi, tout en nous montrant la mort par la photographie, André Leclercq, met à mort son support par l’acte pictural, en une sorte de mise en abyme de l’acte créatif.
  • Willy Del Zoppo travaille depuis de nombreuses années sur la mort, qu’il intègre dans nombre de ses travaux. Parfois brutales, parfois tendres, parfois grotesques, ses photographies constituent autant de coups de boutoir destinés à ébranler nos certitudes. Et si la mort était l’affaire la plus sérieuse de notre vie ? Photographe éclectique et bondissant, Willy Del Zoppo dévoile la mort de son père, se met en scène dans la fosse et use de plusieurs artifices photographiques pour nous plonger dans un univers délirant conforme au projet « Humazooïques », qu’il élabore depuis une dizaine d’années.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1030 / 363107

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Priorité à l’Ouverture  Suivre la vie du site Nos expositions   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License